by Charlotte Lebert Charlotte Lebert

Le confort de votre maison passe par une bonne isolation.

L’arrivée des premiers flocons en Lorraine prouve que nous allons bientôt entrer dans une longue période hivernale. Par conséquent, il est important de protéger ses pièces à vivre du froid existant afin de permettre le meilleur des conforts au sein de votre habitation.

Une bonne isolation

L’isolation de la Fenêtre :

  • Le coefficient G : Pour mesurer la consommation de combustible dans une habitation, il faut tenir compte du coefficient d’isolation global du bâtiment : le coefficient G. En effet, portes et fenêtres sont autant d’éléments qui laissent s’échapper la chaleur en hiver.
  • Le coefficient U : Le coefficient U (norme européenne de réglementation, anciennement K) symbolise les transferts thermiques, il représente le flux de chaleur qui traverse 1m² de paroi, pour une différence de température d’un degré entre les deux faces. Plus U est bas, meilleure est l’isolation. Moins la maison est isolée, plus U est élevé.
  • Il est recommandé de veiller tout particulièrement aux fenêtres mal isolées car elles représentent à elles seules 37% des pertes d’énergie dans une habitation.

L’évolution de l’isolation de la fenêtre :

Petit historique de la fenêtre :

Le double vitrage est une invention des années 70. Avec le choc pétrolier, tout devient matière à économie d’énergie. Les années 80 voient apparaître le double vitrage bas-émissif. Le coefficient U diminue graduellement. Dans les années 90, on constate de réelles performances dans l’isolation en matière de double vitrage.

Le double vitrage est isolant, c’est l’air sec emprisonné entre les glaces de verre qui est le facteur d’une bonne isolation.

Le double vitrage a une durée de vie : Dans un premier temps, le mastic d’étanchéité devient poreux. Ensuite, le dessicatif assèche l’air mais finira par saturer. Par conséquence la buée apparaît et le vitrage devient inesthétique et n’isole plus.

Un double vitrage embué n’isole plus, il faut le remplacer.

Le double vitrage bas émissif : Une face du double vitrage est revêtue d’une fine couche de dépôts de sels métalliques. Cette technique invisible à l’œil nu procure une meilleure isolation thermique tout en laissant passer la lumière du jour et en filtrant les UV (ce qui protège de la décoration, le papier,  le papier peint et les tentures…).  En injectant du gaz argon entre les deux faces de verre, on augmente l’isolation.

Ce n’est ni l’épaisseur des glaces, ni leur nombre, ni l’épaisseur de la lame d’air qui diminuent fortement le coefficient U, c’est sa technologie.  

Incidence sur la consommation d’énergie  : Quand on passe d’un simple vitrage à un double vitrage bas-émissif, on multiplie par 4 ou 5 l’économie d’énergie, ce qui correspond, rapporté à l’ensemble de la maison,  un taux de 25% à 35% d’économie. Quand on passe d’un double vitrage classique à un double vitrage bas-émissif, on peut réaliser jusqu’à 20% d’économie d’énergie.

Plus le vitrage est de qualité, plus l’économie d’énergie est grande. 

Comment installer du double vitrage bas émissif chez vous :

Le double vitrage est un élément de confort dont la technologie évolue. Pour avoir une habitation toujours au top de l’isolation, le double vitrage mérite d’être changé tous les 15 ans. D’autant plus que la saturation du dessicatif entraîne des problèmes de buée entre les deux glaces.

En menuiserie ALU ou PVC, un double vitrage se change aisément et sans dégâts en quelques minutes ! Dans tous les cas, surtout quand il s’agit de fenêtres anciennes, vous avez la possibilité de changer le vitrage sans changer de fenêtre.

Lien à consulter